PRP15-02

PRP15-2

Ce registre contient les actes de l'Église protestante de Privas du 26/10/1587 au 25/02/1629.
Le territoire couvert par cette Église comprenait un certain nombre de paroisses dont la principale était celle de Privas à laquelle s'ajoutaient celles de :
Chomérac, Coux, Creysseilles, Alissas, Freyssenet, Lyas, Pranles, Rochessauve, Saint-Priest, Veyras. Liste variant selon la présence ou non de pasteur dans les Églises voisines, notamment à Alissas, Lyas (Tournon-les-Privas).
l'Église de Privas eut pour pasteurs dans cette période :

1° Jean Valleton, d'Aubenas, entré en charge le 06/02/1585 et décédé le 01/07/1614 ou très peu après cette date. Il épousa à Privas Anthonie Hebrard le 26/01/1589. Son décès interrompit son ministère à Privas.
2° Henri Delubac du 12/05/1616 à 1620.
3° Au départ d' Henri Delubac, divers pasteurs des Églises du Languedoc et du Dauphiné assurèrent le fonctionnement de l'Église de Privas, dont Salomon FAURE, pasteur de Die.
4° Salomon Faure du 01/07/1621 à 1627.
5° On ignore qui assura les baptêmes de 1627 à 1629.
Le registre s'arrête au 25/02/1629.

On compte :
- 3745 baptêmes dont 2862 par le pasteur Valleton, 238 par le pasteur Delubac, le reste par divers pasteurs.
- 567 mariages dont 552 par le pasteur Valleton, 15 par le pasteur Delubac.

Remarques sur les prénoms utilisés : outre l'arsenal des prénoms généralement utilisés au XVIIè siècle, on trouve :
1° des prénoms d'origine biblique, tels Abraham, Isaac, Esaie, Ismael, Dorcas, Gédéon,
2° des prénoms beaucoup plus rares, sinon uniques, parfois d'origine biblique :
- pour les garçons : Abdon, Bauzille, Bermond, Jessé (ou Jossé), Guinot, Marsal (déformation de Martial), Mondon, Bastien (pour Sébastien), Giri ou Giry, Sydrac ou Sidrac, Florimont, Roboam, Aynot (pour Enoc ou Enoch), Céphas.
- pour les filles : des prénoms masculins mis au féminin tels Berthélémie, Mathieue ou Mathieune, Théophile, Pierre ; mais aussi: Bellonde, Didière, Élizène, (sous diverses formes: Hélizaine, Alizane, Alizène, Allissen), Darqua ou Dargua (pour Dorcas), Nussen, Peironne, Valence et Galice.

Note concernant l'usage des tables

A- Les actes de baptême contiennent généralement la date de l'acte lui-même et assez souvent aussi la date de naissance de l'enfant. Les dates indiquées sur les tables sont celles des actes.
Il arrive toutefois que l'acte de baptême ne soit pas daté. Sur les tables sera alors inscrit la date de naissance de l'enfant précédée du signe « * ».

B- Les paroisses indiquées sur les tables sont celles précisées dans les actes, tant pour les baptêmes que pour les mariages.
Cependant lorsque dans l'acte est précisé non le nom de la paroisse mais celui du lieu où demeurent les intéressés, et si ce lieu appartient sans doute possible à telle ou telle paroisse, c'est le nom de celle-ci qui sera porté sur la table.
Si aucune paroisse ni lieu n'est précisé dans l'acte, la paroisse sera présumée être celle de Privas, sauf doute, auquel cas le nom de la paroisse sera laissé en blanc. En effet, il n'est pas exclus que ce manque de précision résulte soit d'une omission du rédacteur de l'acte soi de l'ignorance où il se trouve de l'appartenance de l'intéressé à telle ou telle paroisse.

C- Le nom des paroisses est en principe reproduit sur les tables tel qu'il est écrit dans l'acte sur le registre papier. La mise en ligne a donné lieu à un rapprochement des communes actuelles.

D- Le patronyme (et le prénom) des personnes suit le même principe. Cependant diverses difficultés apparaissent :

1° La présence de la particule « du » ou « de » ou « des » :
si elle est l'indice d'une noblesse certaine, par exemple « de Brion » , le patronyme ne sera pas classé à la lettre « D » mais à la lettre initiale du nom lui-même (ici « B »).
Si elle est l'indice non d'une appartenance à la noblesse, mais simplement d'une origine géographique (par ex : « du Bois » ou « du Cros »), le patronyme sera classé à la lettre « D» , que la particule soit soudée ou non au reste du nom. A noter que certaine famille d'Issamoulenc et de Pranles dont des membres existent à Privas voit ses membres appelés indifféremment Ducros, Du Cros, Decros, de Cros ou Cros.

2° La présence de patronyme écrit sous la forme féminine lorsqu'il concerne une fille ou femme est ici d'un usage courant. La mise au féminin est la cas par exemple de Cobonas qui devient au féminin : Cobonasse.
Voici pour exemples d'autres cas plus élaborés :

Pra
Prade
Maza
Mazade
Andrau
Andraue, Andrale, Andrane, Andrade
Conte
Contesse
Sartre
Sartresse
Eecolenc
Escolenche
Veyrenc
Veyrenche
Beauthéac
Beauthéache
Barbeyrac
Barbeyrache
Chauchadent
Chauchadenche
Rey
Reyne ou Reine
Riou et Rieu
Rine
Espy
Espine

Dans les tables tous les patronymes apparaissent sous leur forme masculine.

3° Il est bien connu que les noms propres €' et par conséquent les patronymes €' n'avaient pas d'orthographe, au moins jusqu'à la Révolution.
Mais les variantes relevées pour nombre d'entre eux dans le présent registre sont telles qu'il apparaît souhaitable de faire une liste des plus déroutantes de manière que les recherches entreprises pour un patronyme puisse être complètes.
Cette liste n'est pas exhaustive et ne fait pas ressortir des variantes courantes telles par exemple « Conte » pour « Comte ».

photo : NA_nuphars.jpg




Léouze
Liotard
Lioutard
Marin
Mari
Montois
Mottoys
Mandin
Mandy
Marfoure
Masfoure
Marphore
Meaille
la Meaille
Muaille
Monteilhard
Montelard
Monteillat
Morgues
Mourgues
Oui ou Ouy
d'Ouy (n)
d'Ouin
d'Aouyn
Voiy , Aui
Des Oches
de Loches
des Hoches
Douche, Dosche
Odde de Boniot
Oddo de Boniot
Bon(n)iot
Pradal
Pradau
Prahy ou Prahy
Pray

Praupuy
Praupuey
Prapuy
Peyre ou Peire
Pierre
Raoux
Ranoux
Reboul
Rebol
Rabagnac
Rabanhac
Ribagnac
Ribanhac
Regu (s)
Reigu(s)
Robert
Roubert
Roche
Laroche
Rouvier
Rouvière
Rovyer
Rovière
Souchon
Sochon
Suchon
Solier
Soulier
Soulage
Solage
Soubeyran
Sobeiran
Soberian
Teyssier
Teissier
Tyssier
Teule
La Teule
T(h)éoule
Vidal
Vidau





PRP14

PRP14

Le temple de Marcols, vers 1676, rassemblait pour le « prêche », près de 600 protestants. Un « chenevier, terre joignant le temple », servait de cimetière.
Comme le firent tous les temples alentour, au début des dragonnades, le temple fut démoli sur plainte de délégué de l'évêque par arrêt du Conseil du roi en janvier 1684.
Tous les habitants cités dans les actes du présent registre ont eu à subir les néfastes effets de la révocation de l'Edit de Nantes. En 1686, avec l'arrivée d'importantes troupes, les protestants épouvantés, abjurent en masse. Cependant, la plupart assistent encore aux assemblées du désert qui se tiennent dans les Boutières. Citons celle du Serre de la Pallle, en 1689, où beaucoup meurent ou sont arrêtés.
Les deux pasteurs ayant tenu ce registre : Isaac Bermon avec sa femme Catherine Laurens native de Marcols-les-Eaux et Simon Dalbiac, se réfugient en Suisse. Dans l'état de ceux qui ont « déserté » sont cités : sieur Jean-Pierre Vergne, Lucresse de Sautel, femme du pasteur d'Annonay Cregut, Pierre de Sautel, Salomon, tailleur, Jean-Pierre Salomon, Sybille Laurens, veuve d'Egrege Salomon, David Vernhes et sa femme.









 

Top  

SAGA - Route de Privas - 07210 CHOMERAC
Tél : 04 75 64 84 13 - Mail : saga3@wanadoo.fr
Infos de la C.N.I.L. concernant l'utilisation des données nominatives

ExpoActes version 3.2.2-prod (© 2005-2015, ADSoft)